Les touchers réalisés de mains d’homme sans être dus au temps sont injustes.

Leur réalisation blesse l’empathie du vivant comme toute réalisation du toucher, mais elle blesse aussi la culture des peuples parce qu’elle n’était  pas exigée par le temps. À ce titre, elle demande une double réparation, une double justice.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial