La langue n’est pas un trésor commun dans lequel puisent les énonciateurs en se l’appropriant, mais, au contraire, elle est une dépropriation des énonciateurs par l’effacement des textes de leur énonciation, au profit d’une communication de messages. 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial