Philosophie

L’effacement de la mort (esquisse d’un hypothétique livre)

Quant à la mort, elle n’est plus rien d’autre, pour tous, que la simple privation de la vie. Par conséquent, si elle a encore un sens en matière de crime et de justice, parce que l’on peut encore considérer que le condamné est un homme mauvais qui croit encore à son importance, elle est étrangère à celui qui connaît sa valeur d’homme bon et qui regarde vers l’avenir. Ce que l’on peut formuler ainsi : sous l’enseigne du progrès ceux qui meurent n’existent déjà plus.

Note sur l’empathie

Une ébauche d’étude de l’empathie (celle que mettent en jeu tous les acteurs de cinéma, entre autres) à partir de la notion d’image kinesthésique.

Censure et liberté d’impression

La question que nous pouvons nous poser est double : en dehors de son opposition à la censure, la liberté d’expression a-t-elle un sens ? Et aussi, la censure ne prend-elle pas place dans d’autres contextes que ceux qui encadrent cette liberté d’expression ? Nous aurons alors à parler de son rapport à la liberté d’impression, au droit de toucher.

Parler et dire

La parole est précieuse, il faut en prendre le plus grand soin. Il ne faut pas abandonner aux pouvoirs médiatiques le droit de la dire.